Contactez-moi Facebook linkedin Twitter Youtube Version mobile
Sylvain Bureau en direct

Écoutez-moi en direct à CIBM-CIEL grâce au lecteur de radio Internet dont j'ai moi-même dessiné la carrosserie. Le moteur est Muses Radio Player.


Sylvain Bureau Radio Web Méteo pour Rivière-du-Loup

Bienvenue sur mon site internet qui est en perpétuelle reconstruction. Tout comme moi. Sur ce site, vous trouverez toutes les informations me concernant et même plus. J'utilise ce site comme lieu de test de tout ce que j'apprends de nouveau en matière de site web et de nouveaux médias.

Concernant ce site, je le fabrique moi-même en entier (montages graphiques, CSS, base de données, etc...). Je n'utilise pas de modèle gratuit (free web templates) ou de CMS gratuit genre Joomla, Typo3, Spip ou Wordpress. Cependant, il m'arrive régulièrement de vérifier le code des pages que je visites pour en retirer les principes qui font mon affaire. Je teste mon site sur les navigateurs Internet Explorer, Firefox, Chrome et Opéra.

En ce qui a trait à la section "Sylvain Bureau Radio Web", les pages sont générées par le logiciel SAM Broadcaster à partir du code-source programmé par Spacial Audio; code que j'ai moi-même adapté aux besoins de ce site. "Sylvain Bureau Radio Web" me permet de repousser mes limites en matière de ce que j'appelle de la "télé par intraveineuse" en bâtissant moi-même un média de A à Z.

Pour me rejoindre

SPORTS

(Source : RDS)

Dillon signe la première victoire de sa carrière

Austin Dillon a dépassé un Jimmie Johnson en panne d'essence avec deux tours à faire pour remporter le Coca-Cola 600, tard dimanche soir, et signer la première victoire de sa carrière en Coupe NASCAR Monster Energy.

Le pilote de 27 ans a mené seulement deux tours, les deux derniers, pour permettre à la légendaire voiture numéro 3 de remporter une première épreuve en près de 17 ans.

« Je ne le réalise pas encore. Je n'arrive pas à y croire, a dit Dillon. Nous sommes dans la Chase! C'est super. »

Dillon et quatre autres pilotes ont choisi de ne pas faire d'arrêt aux puits avec 30 tours à faire et, alors que les autres manquaient de carburant ou se perdaient dans le peloton, il a été en mesure de gagner son pari en tenant tête à Kyle Busch et à Martin Truex fils.

Truex a dominé la majorité de l'épreuve, menant au cours de 233 des 400 tours, mais a dû se contenter du troisième rang.

Kyle Busch a terminé deuxième.

Johnson occupait la tête avec deux tours à faire, mais a manqué d'essence et a dû laisser le champ libre à Dillon qui le suivait de près. Dillon, dont les réserves d'essence commençaient également à s'amoindrir, a été en mesure de se rendre jusqu'au fil d'arrivée.

Il est tombé en panne d'essence quelques secondes seulement après la fin de la course en célébrant sa victoire.

C'était la première fois que la voiture Chevrolet numéro 3 croisait le fil d'arrivée en premier depuis la victoire du regretté Dale Earnhardt à Talladega en octobre 2000. Richard Childress Racing avait retiré le numéro après le décès d'Earnhardt lors du dernier tour du Daytona 500 de 2001, mais a accepté de réintégrer le numéro pour Dillon en 2014.

Dillon en était à une première épreuve sous les ordres du nouveau chef d'équipe Justin Alexander.

Johnson a officiellement pris le 17e rang.

La course a été interrompu pendant une heure 40 minutes en raison de la pluie.


Le Québec termine en force

Les meilleurs judokas québécois sur la scène senior étaient attendus dimanche sur les tatamis des Championnats canadiens qui sont disputés à Calgary. Et ils n’ont pas déçu! La formation québécoise rapportera 23 médailles de plus dans ses valises grâce aux performances des leurs.

Déjà médaillées d’or chez les moins de 21 ans samedi, Yumi Amal Bellali et Marie Besson ont répété l’exploit dimanche chez les seniors.

Bellali a vaincu en finale des moins de 57 kg l’Albertaine Alicia Briggs pour être couronnée tandis que Besson a obtenu une fiche parfaite de quatre victoires pour décrocher les grands honneurs des moins de 52 kg.

Marie Besson et George Poklitar

Championne canadienne en titre, Marie Besson espérait être en mesure de défendre sa couronne. « C’était mon objectif de remporter deux médailles d’or alors je suis soulagée. Ç’a été deux grosses journées de combats! »

Plus fatiguée qu’elle aurait espéré de son parcours en moins 21 ans, Marie Besson n’était pas en pleine confiance de ses moyens en début de journée. « J’étais un peu nerveuse, mais je me suis dit que les filles que j’affrontais ne m’avaient jamais battue. Ce n’était pas aujourd’hui que ça allait commencer! »

Être championne canadienne est un titre important pour l’athlète du club Shidokan. « Ça me tient à cœur, car c’est une compétition importante au pays. Je suis contente de quitter Calgary en conservant mon titre. »

Une première pour George Poklitar

Chez les hommes, George Poklitar a remporté une première médaille d’or chez les seniors en championnats canadiens. Le Montréalais a battu en finale le Longueuillois Gabriel Juteau.

« Je suis vraiment content, car c’était une catégorie relevée », a mentionné Poklitar qui a rappelé que le double Olympien Sergio Pessoa jr était du tableau. « Finir premier est complètement fou, car c’est tellement serré parmi les têtes de séries. »

Afin de conserver sa fiche parfaite, Poklitar a pris les combats un à la fois. « Chaque combat, je le voyais comme le dernier. Je connaissais mes faiblesses et j’ai pris soin d’élaborer mes stratégies pour chaque duel. »

Le Québec s’est également fait maître de la catégorie des moins de 73 kg où quatre représentants de la Belle Province ont monopolisé le podium. Patrick Cantin a remporté la finale contre Constantin Gabun tandis que Ruslan Ruslanzada et François Gauthier-Drapeau ont ravi les deux médailles de bronze.

Un programme québécois en santé!

En quatre jours de compétitions, le Québec sera monté 111 fois sur le podium à l’édition 2017 des Championnats canadiens. Une récolte appréciable selon le directeur général de Judo Québec Jean-François Marceau.

« Nous avons une belle délégation de 178 participants et les résultats ont été au rendez-vous. C’est bon, car les autres provinces s’améliorent beaucoup, mais on réussit quand même à obtenir de super bonnes performances malgré tout! »

Jean-François Marceau a tenu à souligner les performances des double championnes canadiennes Marie Besson et Yumi Amal Bellali, mais aussi celles des sœurs Adriana et Ana Laura Portuondo Isasi, toutes deux médaillées d’or dimanche, respectivement chez les moins de 70 kg et moins de 78 kg. « C’est un retour à la compétition pour Ana Laura et elle l’a fait de belle façon. »

« Les athlètes seniors chez les hommes ont aussi su tirer leur épingle du jeu. Ils ont continué à s’imposer », a-t-il ajouté, mentionnant les victoires de George Poklitar (-66 kg), Patrick Cantin (-73 kg) et Alexandre Di Bartolo (-60 kg). Encore d'âge junior, Alex Marineau (-81 kg) est l'autre médaillé d'or de la journée.

Les membres de la délégation québécoise reviendront à la maison avec 31 médailles d’or, 31 d’argent et 49 de bronze.


Les Spitfires remportent la coupe Memorial

WINDSOR, Ont. - Les Spitfires de Windsor ont remporté la Coupe Memorial pour une troisième fois dans leur histoire.

Jeremy Bracco a couronné une performance de trois points en mettant la table pour le but gagnant d'Aaron Luchuk tôt en troisième période et les Spitfires ont défait les Otters d'Erie 4-3, dimanche, en grande finale de la Ligue canadienne de hockey.

Les Spitfires avaient aussi triomphé en 2009 et 2010.

« C'est un sentiment incroyable, s'est exclamé Bracco. Chaque fois que tu remportes un championnat, c'est exceptionnel. »

Bracco, Logan Stanley et Graham Knott ont aussi touché la cible pour les Spitfires, l'équipe hôtesse du tournoi. Michael DiPietro a effectué 32 arrêts.

« La victoire revient à Mikey dans le but, a déclaré le leader offensif. Il a fait des arrêts importants et il a été solide tout au long du tournoi et de la saison. »

« C'est très spécial, surtout de gagner à la maison, a ajouté DiPietro. Nous travaillons tellement fort durant la saison, mais lorsque ça rapporte, c'est formidable. »

Dylan Strome, Warren Foegele et TJ Fergus ont répliqué pour les Otters, champions de la Ligue de l'Ontario. Troy Timpano a repoussé 18 tirs dans la défaite.

Strome a été nommé joueur par excellence du tournoi. Il a récolté sept buts et quatre aides en cinq rencontres.

« Un bon match. C'est juste dommage de ne pas être l'équipe qui célèbre », a-t-il dit aux termes de la rencontre.

Les Spitfires sont devenus la première équipe depuis les Cataractes de Shawinigan en 2012 à soulever le trophée de la Coupe Memorial sans avoir remporté le championnat de sa ligue. Ils ont bénificié d'un congé de 31 jours entre leur élimination au premier tour des séries de la Ligue de l'Ontario et le début du Tournoi de la Coupe Memorial.

« Nous savions que nous avions quelque chose à prouver et je crois que nous leur avons prouvé qu'ils avaient tort », a déclaré Bracco.

« Notre repos nous a permis de nous regrouper. Nous nous sommes regardés dans le miroir et nous avons réussi », a résumé l'espoir du Canadien de Montréal Jeremiah Addison, qui a accepté le trophée des mains du commissaire de la LCH, David Branch, en tant que capitaine de l'équipe.

Un autre espoir du Canadien de Montréal, le défenseur Mikhail Sergachev, porte les couleurs des Spitfires. Sergachev a récolté une aide.

« Au départ, je n'aurais jamais cru être un champion de la Coupe Memorial, a avoué Sergachev. Tout le monde a poussé dans la même direction et nous sommes les champions.

« Je veux jouer dans la LNH l'an prochain et remporter une autre coupe, a-t-il ajouté. Je crois bien être prêt. J'ai seulement besoin de connaître un bon été et un bon camp d'entraînement. »

« Sergachev passera à la prochaine étape, a pour sa part déclaré son directeur général Warren Rychel. Il avait besoin de faire face à de l'adversité. Il a prouvé qu'il était prêt pour la LNH durant le tournoi. »

Les deux gardiens ont dû être alertes en début de rencontre.

Alex DeBrincat, joueur par excellence de la dernière campagne dans la LCH, a obtenu la première occasion de marquer des Otters, mais DiPietro a stoppé le tir sans accorder de retour.

Timpano a ensuite frustré Bracco lors d'une descente à deux contre un, avant de jouer le même tour à Knott en échappée.

Bracco a finalement percé la muraille des Otters avec 3:53 à faire en première période, en avantage numérique. Il a profité d'une mêlée autour du filet des Otters pour surprendre Timpano entre les jambières.

Strome a toutefois répliqué 49 secondes plus tard, en battant DiPietro du côté du bloqueur.

Les Otters ont pris les devants dans la controverse à 5:35 du deuxième engagement, en avantage numérique. Le tir de Strome a dévié contre le patin de Foegele et même si Foegele semblait avoir donné un coup de patin en direction du filet, les arbitres ont accordé le but après la consultation vidéo.

Cette fois, ce sont les Spitfires qui ont répliqué rapidement, alors que Stanley a nivelé les chances 52 secondes plus tard à l'aide d'un tir de la pointe que Timpano n'a jamais vu.

Les Otters ont repris les devants avec 7:14 à faire en deuxième période. Le tir de la pointe de Fergus a dévié sur un bâton avant de surprendre DiPietro.

Les Spitfires ont profité d'un autre avantage numérique pour ramener tout le monde à la case départ avec 5:07 à faire au deuxième vingt. Gabriel Vilardi a rejoint Knott à l'embouchure du filet pour créer l'égalité 3-3.

Luchuk a ensuite joué les héros après 5:07 de jeu en troisième période.

Les Otters ont tout tenté pour prolonger le débat. Strome a vu son tir se buter au poteau avec moins de deux minutes à faire, mais DiPietro s'est occupé du reste.

« Les poteaux et la barre horizontale sont mes meilleurs amis, a lancé DiPietro à la blague. Je suis simplement très heureux. »


Tous les yeux tournés vers P.K. Subban

À la veille du premier match de la finale de la Coupe Stanley, P.K. Subban a évidemment retenu l'attention lors de la journée des médias à Pittsburgh.

Et ce n'est pas surprenant! L'ancien défenseur du Canadien excelle toujours devant les caméras comme c'était le cas à Montréal. Par contre il est devenu beaucoup plus efficace sur la patinoire avec les Predators. C'est un P.K. Subban amélioré que l'on verra en finale et il n'a pas volé ce qui lui arrive aujourd'hui.

« C'est très emballant. Nous avons travaillé fort pour nous rendre ici, a mentionné Subban. Maintenant nous avons l'opportunité de gagner. »

À 24 heures du premier affrontement, il demeure difficile de clairement favoriser une équipe. Toutefois, il faut reconnaître que les Penguins se retrouvent en terrain connu, alors que du côté des Preds, seul Mike Fisher a déjà participé à une finale de la Coupe Stanley.

« Ils ont des joueurs qui sont dans la ligue depuis longtemps, a rappelé Sidney Crosby. Il faut savoir comment utiliser notre expérience dans les moments opportuns. »

« Ils ont plus d'expérience que nous, mais nous avons su battre des équipes expérimentées comme Chicago. Notre équipe a grandi à travers ces séries », a observé Subban.

« Notre groupe de leaders est fort, a affirmé Roman Josi. Je ne sais pas s'ils ont l'avantage, mais une chose est sûre : nous sommes prêts à jouer. »

Peu importe quelle équipe triomphera, celle qui gagnera passera à l'histoire à sa façon. Les Prédateurs pourraient devenir la première équipe d'un sport majeur a remporter un championnat à Nashville alors que les Penguins pourraient être les premiers à soulever la Coupe Stanley deux années de suite depuis les Red Wings en 1997 et 1998.


Rugby à 7 : le Canada se contente de l'argent

L’équipe canadienne féminine a ravi la médaille d’argent au terme de l’étape des Séries mondiales de rugby à sept qui s’est terminée dimanche soir à Langford, en Colombie-Britannique.

Opposées en grande finale aux Néo-Zélandaises, les représentantes du pays, dont font partie les Québécoises Bianca Farella et Natasha Watcham-Roy, se sont inclinées 17-7.

La Nouvelle-Zélande a pris une avance de 12-0 tôt dans le match avant de voir les Canadiennes répliquer peu avant la fin de la première demie grâce à un essai de Julia Greenshields et une transformation de Ghislaine Landry, portant la marque à 12-7.

Les joueuses de l’unifolié n’ont cependant pas réussi à s’inscrire à nouveau au pointage en deuxième demie, laissant la marque se creuser jusqu’à 17-7.

Les Canadiennes avaient atteint la finale en l’emportant 17-10 sur les Australiennes dans le carré d'as. En quart de finale, c’est une victoire de 33-5 qu’elles ont obtenue aux dépens des Anglaises.

Samedi, en ronde préliminaire, le Canada avait obtenu une fiche parfaite, s’imposant 33-3 contre le Brésil, 33-0 face à la France et 24-10 vis-à-vis de la Russie.

L’Australie a mis la main sur la médaille de bronze en vainquant la France 26-12 dans la petite finale.

Au classement général, les Canadiennes pointent actuellement au deuxième rang avec 82 points, à égalité avec l’Australie. La Nouvelle-Zélande trône en tête avec 96 points.

La dernière étape des Séries mondiales sera présentée à Clermont-Ferrand, en France, les 24 et 25 juin.


Crosby et Malkin, les sauveurs des Penguins

PITTSBURGH - Les Penguins de Pittsburgh se retrouvent en finale de la Coupe Stanley, aux portes de l'histoire, grâce à deux piliers de l'organisation : Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

Crosby et Malkin ont aidé les Penguins à sortir des bas-fonds du classement de la LNH et se retrouvent à la poursuite d'un troisième titre en neuf ans. Ils pourraient potentiellement remporter la coupe Stanley pour une deuxième année consécutive, ce qui serait une première dans le circuit Bettman depuis l'instauration du plafond salarial.

« Ils sont tous les deux spéciaux, a révélé l'attaquant des Penguins Phil Kessel. Si vous les regardez attentivement sur la glace, ils accomplissent des choses très spéciales. »

La chance a certainement été un des facteurs qui les a menés à « la ville de l'acier ».

Les Penguins étaient la pire équipe de la LNH lors de la saison 2003-04, mais les Capitals ont obtenu le premier choix au repêchage et ils ont arrêté leur choix sur Alex Ovechkin, ce qui a permis aux Penguins de choisir Malkin au deuxième rang. Un peu plus d'un an plus tard, toutes les équipes de la ligue avaient une chance d'être les premiers à choisir à la suite du lockout de 2004-05, mais les Penguins - l'une des quatre équipes à obtenir le maximum de trois balles de loterie - ont été les vainqueurs.

La franchise a alors été transformée - et peut-être même sauvée.

Crosby et Malkin ont déjà remporté deux coupes Stanley dans l'uniforme des Penguins et figurent parmi les joueurs les plus prolifiques de l'histoire la LNH en séries éliminatoires. Crosby se trouve à égalité au neuvième rang avec 1,11 point par match, suivi de Malkin au 15e rang avec 1,07 point par match.

« Ils sont simplement prêts à tout pour gagner », a affirmé Justin Schultz, qui avait été frappé par la rigueur au travail et la compétitivité du duo lorsqu'il a rejoint l'équipe la saison dernière.

Crosby a avoué qu'il était davantage motivé par l'opportunité de remporter la coupe Stanley que n'importe quel record en jeu. Revenir en finale n'a pas été facile - les Penguins ont remporté deux séries en sept rencontres - et il souhaite en profiter. Après avoir atteint la finale en 2008 et remporté les grands honneurs en 2009, les Penguins ont eu besoin de sept ans pour se hisser à nouveau au but ultime.

« Nous voulions nous rendre encore en finale et nous savions que ce serait difficile et qu'il y aurait plusieurs obstacles en travers notre chemin, mais nous avons trouvé un moyen de nous y rendre, alors c'est à nous de faire quelque chose de bien avec l'opportunité que nous avons », a philosophé Crosby.

Le joueur natif de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, pourrait rejoindre son mentor Mario Lemieux, Steve Yzerman et Wayne Gretzky à titre de capitaine ayant remporté la coupe Stanley deux fois de suite lors des 30 dernières années.

Crosby et Malkin ont déjà marqué l'histoire en étant la seule équipe dans l'ère du plafond salarial à atteindre la finale à quatre reprises. Et ils se sont assurés d'y être ce printemps, malgré la perte du défenseur étoile Kris Letang pour le reste de la saison et celle de leur gardien principal, Matt Murray, lors des deux premières rondes.

Les deux joueurs sont décrits par leurs coéquipiers comme étant des leaders silencieux qui prêchent par l'exemple. Cependant, Malkin a récemment commencé à parler davantage dans le vestiaire, selon Chris Kunitz, un des cinq joueurs de l'édition 2009 à encore porter les couleurs de l'équipe.

Il a débuté par de petites phrases positives comme « Nous pouvons y arriver! » ou encore « Nous devons être meilleurs! »

Kunitz croit que Malkin, tout comme Crosby, tentait de motiver les troupes parce qu'il est conscient de la valeur de l'opportunité qui se présente à eux.

Le duo domine à nouveau la LNH au niveau des points en séries, classés au premier et deuxième rang - Malkin avec 24 points et Crosby avec 20 points.

Après avoir été longtemps dans l'ombre de Crosby, Malkin a étrangement été oublié parmi la liste des 100 meilleurs joueurs de l'histoire de la LNH, malgré qu'il eut récolté le même nombre de points que presque tous les joueurs inscrits dans ce registre.

« Je crois que ses priorités gravitent autour du succès de l'équipe et qu'il s'efforce d'accomplir nos objectifs collectifs, qui ultimement seraient de remporter la coupe Stanley, a insisté l'entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan. Il a été l'un des piliers dans les succès de cette équipe.

« Ces gars-là sont simplement faits pour gagner des championnats, a-t-il ajouté à propos de ses deux joueurs vedettes. Je crois que c'est leur priorité. »


NBA : Zaza Pachulia à son poste en finale

Le pivot géorgien des Warriors de Golden State Zaza Pachulia, forfait pour les deux derniers matchs de son équipe, sera à nouveau disponible dès le match no 1 de la finale de la NBA contre les Cavaliers de Cleveland, a indiqué son équipe dimanche.

« Il court, il a participé à des oppositions, il est complétement opérationnel », a indiqué Mike Brown, l'entraîneur-adjoint des Warriors.

Pachulia s'est blessé à un talon lors du match no 2 de la finale de la conférence Ouest contre San Antonio : il a quitté ses coéquipiers et n'a pas participé aux matchs no 3 et no 4 d'une série remporté 4 à 0 par les Warriors.

Depuis le début des séries 2017, Pachulia qui fait partie du cinq partant de Golden State, tourne à des moyennes de 6,1 points et 4,3 rebonds par match.

La finale 2017, la troisième consécutive entre Golden State et Cleveland, débute jeudi à Oakland.


Miguel Almiron continue de remplir le filet

Le Atlanta United a marqué trois fois en première demie pour filer vers une victoire de 3-1 sur le New York City FC, dimanche au Bobby Dodd Stadium.

Miguel Almiron a trouvé le fond du filet deux fois au cours des 23 premières minutes. Le joueur désigné de 23 ans dispute sa première saison en MLS. Il a marqué cinq buts à ses deux dernières rencontres et un total de sept en trois parties.

Dans la victoire, Hector Villalba a obtenu l'autre but à la 19e minute pour Atlanta (5-4-3).

Dans la défaite, Jack Harrison a été l'unique buteur pour le NYCFC (6-5-2) à la 71e minute.

Atlanta a remporté ses deux derniers matchs et est invaincu au cours de ses trois dernières rencontres.

Pas de but entre FC Dallas et Dynamo
Sommaire

Le FC Dallas et le Dynamo de Houston se sont livré un match nul de 0-0 dans la 28e édition du Texas Derby.

Tyler Deric a repoussé les quatre tirs cadrés de Dallas pour mériter son premier blanchissage de la saison.

Jesse Gonzalez a pour sa part effectué deux arrêts et a mis la main sur son cinquième jeu blanc.

Les deux équipes avaient l'occasion de rejoindre le Sporting Kansas City au sommet du classement dans l'Ouest avec une victoire.


Une autre victoire et un record pour Langer

STERLING, Va. - Bernhard Langer a exécuté un parcours presque parfait et il a tiré avantage des erreurs de Vijay Singh pour remporter le Championnat senior de la PGA au Trump National, dimanche.

Il s'agissait de son neuvième titre majeur dans le circuit senior, un record.

Ce championnat était le seul qui avait échappé à l'Allemand de 59 ans au cours de la dernière décennie à jouer au sein du circuit des 50 ans et plus. Il avait égalé le record de Jack Nicklaus pour les titres majeurs la semaine dernière lorsqu'il était venu de l'arrière pour l'emporter au Regions Tradition, en Alabama.

Malgré quelques protestataires, le drame est plutôt resté sur le terrain au parcours du club du président des États-Unis Donald Trump, situé le long de la rivière Potomac. Trump, qui revenait d'un séjour de neuf jours à l'étranger, n'a pas assisté à la ronde finale du tournoi.

Langer a commis son seul boguey de la journée au sixième trou et les deux compétiteurs ont été en tête à tête jusqu'au 15e trou, alors que la pluie déferlait sur le terrain et que le vent soufflait dans la direction opposée à celle du reste de la semaine.

Langer a pris les commandes devant Singh en calant un roulé de 12 pieds pour un oiselet au 16e. Singh a permis à son rival de prendre deux coups d'avance en ayant besoin de trois roulés pour trouver la coupe au 17e. Après que Singh eut réussi un oiselet au 18e, Langer est parvenu à terminer sa journée en beauté avec un court roulé pour une normale et la victoire.

« Je crois que ce qui l'a frustré, c'était mon jeu sur les verts, a avoué Langer. J'ai fait plusieurs coups roulés pour garder le rythme et il n'a pas vraiment fait quelque chose en retour. »

Il a remis une carte de 68 (moins-4) et a terminé le tournoi avec un pointage cumulatif de moins-18. Singh a joué 70.

« J'ai manqué plusieurs coups. Si j'avais bien joué, le tournoi aurait pris fin bien avant, a raconté Singh. Mais Bernhard a très bien joué. Il n'a jamais raté un seul coup et il a brillé sur les verts, alors il mérite la victoire. »

Langer a également remporté le premier tournoi de la saison à Hawaï et il a récolté sa 32e victoire en carrière dans les rangs seniors.

« Ça signifie beaucoup de remporter deux tournois majeurs à 59 ans, a relaté Langer. Et c'est vraiment génial de surpasser le record de Jack. Nous sommes de bons amis et je l'ai hautement en estime. Lorsque tu peux accomplir quelque chose de similaire à ce qu'il a accompli, ça signifie que c'est quelque chose d'assez spécial. »

Stephen Ames, de Calgary, a inscrit un score de 74 pour conclure à égalité au 21e rang à moins-3. Rod Spittle, de St. Catharines, en Ontario, a bouclé sa ronde en 77 coups pour aboutir à égalité au 55e rang à plus-4.
 


Une défaite pour conclure le voyage aux É.-U.

Les Capitales reviendront au pays avec une fiche de quatre victoires et cinq défaites après avoir encaissé un revers de 4-1 à Rockland, dimanche après-midi.

Les Boulders ont pris le contrôle du match dès les premières manches, marquant deux fois en deuxième avant d’ajouter un point sur un circuit solo de Cody Regis. Ce fut assez pour chasser le nouveau venu Keegan Yuhl (0-1) qui profitait d’un premier départ depuis le 24 avril alors qu’il évoluait dans le baseball AAA. En quatre manches, Yuhl aura accordé neuf coups sûrs et trois points mérités. Il a retiré trois frappeurs au bâton.

En relève, Joey Maher (4 ML, 1 PM) qui avait cédé son poste de partant à Yuhl a bien fait en autant de manches.

Yordan Manduley s’est chargé de l’offensive avec trois des dix coups sûrs des Québécois. Seul Philippe Craig-St-Louis a croisé le marbre.

Les Capitales passeront les douanes cette nuit en vue d’une série de trois parties à Trois-Rivières dès lundi soir. Le match d’ouverture des Capitales est prévu pour jeudi soir, 19 h 05, avec cérémonies d’avant-match.


 

Contactez-moi Facebook linkedin Twitter Youtube Version mobile