Contactez-moi Facebook linkedin Twitter Youtube Version mobile
Sylvain Bureau en direct

Écoutez-moi en direct à CIBM-CIEL grâce au lecteur de radio Internet dont j'ai moi-même dessiné la carrosserie. Le moteur est Muses Radio Player.


Sylvain Bureau Radio Web Méteo pour Rivière-du-Loup

Bienvenue sur mon site internet qui est en perpétuelle reconstruction. Tout comme moi. Sur ce site, vous trouverez toutes les informations me concernant et même plus. J'utilise ce site comme lieu de test de tout ce que j'apprends de nouveau en matière de site web et de nouveaux médias.

Concernant ce site, je le fabrique moi-même en entier (montages graphiques, CSS, base de données, etc...). Je n'utilise pas de modèle gratuit (free web templates) ou de CMS gratuit genre Joomla, Typo3, Spip ou Wordpress. Cependant, il m'arrive régulièrement de vérifier le code des pages que je visites pour en retirer les principes qui font mon affaire. Je teste mon site sur les navigateurs Internet Explorer, Firefox, Chrome et Opéra.

En ce qui a trait à la section "Sylvain Bureau Radio Web", les pages sont générées par le logiciel SAM Broadcaster à partir du code-source programmé par Spacial Audio; code que j'ai moi-même adapté aux besoins de ce site. "Sylvain Bureau Radio Web" me permet de repousser mes limites en matière de ce que j'appelle de la "télé par intraveineuse" en bâtissant moi-même un média de A à Z.

Pour me rejoindre

SPORTS

(Source : RDS)

LNH : la guigne s'acharne sur les Panthers

SUNRISE, Fla. - Le gardien Chris Driedger ratera plusieurs semaines d'activités en raison d'une possible blessure à l'aine, ce qui signifie que la guigne continue de s'acharner sur cette position chez les Panthers de la Floride.

Les Panthers ont révélé le diagnostic samedi, en indiquant qu'il s'agissait d'une blessure au bas du corps.

Driedger s'est blessé au milieu de la première période du match qui s'est conclu 4-3 en faveur des Panthers contre les Kings de Los Angeles jeudi soir. Il a présenté une fiche de 5-2-0 en neuf présences devant le filet des Panthers cette saison, avec une moyenne de buts alloués de 2,48.

Les Panthers seront privés de leur gardien no 1 Sergei Bobrovsky pour la majeure partie du mois de janvier, alors qu'il récupère d'une blessure au haut du corps.

Ils entameront une séquence de six matchs à l'extérieur samedi soir contre les Red Wings à Detroit. Cette série comprend la pause du match des étoiles de la LNH, ainsi que la pause obligatoire d'une semaine des Panthers.

Backes et Schenn ne sont pas réclamés

Soumis au ballottage vendredi par les Bruins de Boston, l’attaquant David Backes n’a pas été réclamé.

Il est donc rétrogradé dans la Ligue américaine.

Le vétéran de 35 ans n'a qu'un but et deux aides en 16 parties cette saison.

En carrière, il a disputé 944 parties, touchant la cible à 245 reprises et obtenant 309 passes pour 554 points.

À l’instar de Backes, le défenseur du Lightning de Tampa Bay Luke Schenn n’a pas été réclamé non plus au ballottage.

Schenn a un but à sa fiche en 15 matchs cette saison.

Schneider de retour

Le gardien québécois des Blackhawks de Chicago Cory Schneider obtiendra ce soir face aux Blue Jackets de Columbus un premier départ depuis le mois de novembre.

Le joueur de 33 ans m'a pris part qu'à huit matchs cette saison, montrant un dossier de 0-5-1, une moyenne de 4,42 et un taux d'efficacité de ,859.

Gunnarsson en uniforme

Les Blues de St Louis pourront compter sur le retour au jeu du défenseur Carl Gunnarsson cet après-midi face à l'Avalanche du Colorado.

Après avoir soigné une blessure au haut du corps, il prendra la place de Niko Mikkola.

Le joueur de 33 ans n'a pas joué depuis le 12 décembre. Il a disputé que 17 rencontres cette saison, amassant 1 but et 3 passes.

 


Contre-performance canadienne en biathlon

Jules Burnotte et ses coéquipiers de l’équipe nationale de biathlon n’ont pas connu la journée espérée, samedi, en prenant le 19e échelon du relais 4 x 7,5 km à la Coupe du monde de Ruhpolding, en Allemagne.

Au final, Scott Gow, Christian Gow, Aidan Millar et Burnotte ont complété l’épreuve à un peu plus de six minutes des Français, qui ont dominé d’un bout à l’autre pour monter sur la plus haute marche du podium.

À l’issue de la course, le Sherbrookois avait beaucoup de mal à comprendre les éléments ayant contribué à cette contre-performance. « Il a commencé à neiger au départ, ce qui a donné des conditions beaucoup plus lentes qu'à l'habitude pour tout le monde. Personnellement, je me sentais super bien, mais je n’ai pas su faire un bon temps », a indiqué le premier relayeur canadien, qui accusait un retard de près d’une minute sur les meneurs après son passage.

« Lors des trois premiers relais de la saison, j’arrivais beaucoup plus près de la tête, mais aujourd’hui (samedi), j’étais super loin. Le tir et le ski ont relativement bien été. J’ai de la misère à expliquer ce qui n’a pas fonctionné. »

Le biathlète québécois tentera de rebondir à la poursuite 12,5 km prévue dimanche. Fort de son meilleur résultat individuel de la saison obtenu jeudi au sprint 10 km avec une 47e place, Burnotte se dit confiant pour cette épreuve.

« Je vais me reposer et me concentrer sur la course de demain. Je sens que la forme est là, le tir aussi, alors j'ai hâte de voir ce que ça va donner! »


L'Arabie Saoudite voudrait un GP en 2023

QIDDIYA, Arabie saoudite - L'Arabie saoudite aimerait présenter un Grand Prix de Formule 1 dès la saison 2023, a indiqué le quotidien français L'Équipe sur son site internet samedi.

Les promoteurs de l'événement ont signifié leurs intentions lors de l'arrivée du rallye de Dakar, vendredi à Qiddiya. Ils ont mentionné que le circuit serait situé en banlieue de Riyad, la capitale du pays, au coeur d'un immense complexe de divertissements, avec notamment un parc d'attractions.

Ainsi, leur projet s'apparenterait à celui du circuit Yas Marina, à Abou Dhabi.

« Notre projet à Qiddiya est en bonne voie pour une première phase d'offres, et il sera prêt au début de 2023, a expliqué Mike Reininger, le président et directeur général de la société 'Qiddiya Investment Company' dans des propos rapportés par L'Équipe. Nous construisons les infrastructures pour pouvoir accueillir les plus grands et les meilleurs événements de sports mécaniques, dans toutes les catégories. »

Cette nouvelle survient alors que la prochaine saison de F1 totalisera 22 courses, un record, à la suite de l'ajout des Grands Prix de Formule 1 du Vietnam et des Pays-Bas. Plusieurs pilotes ont déjà exprimé leur réticence à l'arrivée de nouvelles courses, et il y a fort à parier que ces informations risquent d'entraîner de nouvelles réactions.

Déjà, le pilote québécois Lance Stroll avait déclaré à La Presse canadienne l'automne dernier qu'« honnêtement, je considère que 22 courses, comme ce sera le cas la saison prochaine, c'est amplement suffisant. [...] Je crois que ce serait très intense de devoir disputer, peut-être un jour, 25 courses; il va peut-être falloir faire passer les week-ends de course de quatre à deux jours seulement. On verra. »


Ski : Gaskell décroche le bronze en slopestyle

ALPE DE SIUSI, Italie - La Canadienne Elena Gaskell a décroché la médaille de bronze en slopestyle, samedi, à la Coupe du monde de ski acrobatique de l'Alpe de Siusi, en Italie.

Gaskell, une skieuse âgée de 18 ans originaire de Vernon, en C.-B., a terminé sur la troisième marche du podium après avoir récolté 79,68 points.

L'Américaine Caroline Claire a triomphé en vertu d'un pointage de 86,13 points, tandis que la Norvégienne Johanne Killi finissait deuxième avec 81,30.

Gaskell avait abouti au cinquième rang des qualifications, vendredi.

Elle venait de signer une huitième place à la Coupe du monde de Font Romeu, en France, le week-end dernier.

Pour sa part, Etienne Geoffroy Gagnon, de Whitehorse, au Yukon, a fini sixième du côté masculin.


Bobsleigh : les Canadiennes au pied du podium

IGLS, Autriche - La championne olympique Mariama Jamanka et sa coéquipière allemande Annika Drazek ont remporté l'épreuve de bob à deux samedi à la Coupe du monde d'Igls, en Autriche, tandis que la Canadienne Christine De Bruin et sa compatriote Kristen Bujnowski finissaient au pied du podium.

Le duo de Jamanka a conclu l'épreuve en une minute et 47,34 secondes, et il a devancé celui de sa compatriote Laura Nolte par 19 centièmes de seconde. L'équipe américain, composé de Kaillie Humphries et Sylvia Hoffman, a complété le podium, à seulement trois centièmes de seconde supplémentaires.

De Bruin, d'Edmonton, a concédé 26 centièmes de seconde à Jamanka. Les Canadiennes Cynthia Appia et Dawn Edith Richardson Wilson ont suivi au 10e échelon, tandis que leurs compatriotes Melissa Lotholz et Janine McCue terminaient au 15e rang.

Humphries a ainsi creusé l'écart en tête du classement de la discipline, à l'issue de l'épreuve présentée sur la légendaire piste d'Innsbruck.

Humphries, qui s'est absentée du circuit l'an dernier et qui s'est jointe à l'équipe américaine à la suite d'un transfert du Canada en septembre, dispose d'une avance de 23 points sur l'Allemande Stephanie Schneider au classement cumulatif. Schneider a terminé cinquième samedi.

Du côté masculin, l'Allemand Francesco Friedrich a poursuivi son irrésistible séquence en signant sa troisième victoire de la saison, en bob à deux.

Friedrich et Thorsten Margis l'ont aisément emporté en vertu d'un chrono de 1:43,87, près de 0,75 seconde devant l'équipage britannique de Brad Hall et Greg Cackett, qui ont obtenu du même coup leur meilleur résultat en carrière.

Les Allemands Richard Oelsner et Tobias Schneider ont décroché la médaille de bronze.

Les Canadiens Justin Kripps et Benjamin Coakwell ont fini en 12e place, à 1,3 seconde des vainqueurs.

La Coupe du monde d'Igls se terminera dimanche avec la présentation de l'épreuve de bob à quatre masculin.


Tricher est-il pire que parier sur un match?

LAS VEGAS _ Pete Rose était en pause d'une séance d'autographes à l'hôtel MGM Grand lorsqu'on lui a posé une question à laquelle seul lui pouvait répondre.

Qu'est-ce qui est pire: parier sur des matchs de baseball ou tricher sur le terrain?

« Je l'ignore, a dit Rose à l'Associated Press. Tout ce que je sais, c'est que je suis suspendu depuis 30 ans. Je ne connais personne qui soit suspendu depuis 30 ans. »

C'est juste, surtout lorsqu'on considère la gravité des sanctions qui ont été annoncées dans le cadre du plus important scandale à secouer les Ligues majeures depuis l'époque des stéroïdes anabolisants. Ce que Rose a fait était illégal - selon les règlements du baseball majeur -, mais beaucoup de gens croient qu'il devrait pouvoir se présenter en tant que membre du Temple de la renommée du baseball lorsqu'il participe à des séances d'autographes dans sa nouvelle ville d'adoption, Las Vegas.

Ainsi, une peine de 30 ans semble disproportionnée pour un joueur qui était aussi dominant à son époque, au moment où les Ligues majeures et les autres sports nord-américains majeurs font la paix - et des affaires - avec les preneurs aux livres qui font des paris en ligne sur leurs matchs.

Il ne faut pas se leurrer. Si vous croyez Rose sur les gestes illégaux qu'il a posés - et parfois, c'est difficile à croire -, alors vous vous dites que l'impact qu'il a eu sur le baseball ne peut être aussi important que le scandale qui a remis en doute la légitimité non seulement d'une Série mondiale, mais bien de deux.

« Qu'est-ce qui est pire, voler des signaux électroniquement, prendre des stéroïdes ou parier sur le baseball?, a demandé le meneur de tous les temps au chapitre des coups sûrs. Les trois sont mauvais. Mais au moins je n'ai jamais pu changer l'issue d'une rencontre. »

Le scandale de vol de signaux qui secoue les Astros de Houston est encore récent, du moins publiquement. Il y a une semaine, personne ne doutait que les Astros avaient remporté la Série mondiale en 2017 de manière frauduleuse, ni les Red Sox de Boston l'année suivante.

D'ailleurs, le voltigeur des Blue Jays de Toronto Randal Grichuk a déclaré qu'il aimerait que les Ligues majeures punissent les tricheurs de la façon la plus sévère possible.

Il a entendu les rumeurs à propos des Astros, qui auraient utilisé des caméras vidéo, des signaux sonores - comme des coups assénés à des poubelles en aluminium - et des émetteurs attachés au torse des frappeurs pour tricher.

Maintenant, tout est remis en doute, et les discussions portent essentiellement sur la gravité du vol des signaux par rapport aux autres scandales qui ont ponctué l'histoire des Ligues majeures de baseball.

Rose, qui aura 79 ans en avril, a déclaré que le vol de signaux existait aussi à son époque, mais pas de manière électronique. À l'époque, c'étaient surtout les instructeurs aux extrémités du losange qui décryptaient les signaux et les transmettaient au coureur situé au deuxième coussin, qui lui les acheminait au frappeur. Et il existait des manières, acceptables, de rompre le stratagème.

Maintenant que ces allégations sont portées publiquement, il croit que le Baseball majeur doit priver les Astros de leur titre de champions de la Série mondiale en 2017.

Tout est donc remis en doute, et les discussions portent essentiellement sur la gravité du vol des signaux par rapport aux autres scandales qui ont ponctué l'histoire des Ligues majeures de baseball.

Rose, qui aura 79 ans en avril, a déclaré que le vol de signaux existait aussi à son époque, mais pas de manière électronique. À l'époque, c'étaient surtout les instructeurs aux extrémités du losange qui décryptaient les signaux et les transmettaient au coureur situé au deuxième coussin, qui lui les acheminait au frappeur. Et il existait des manières, acceptables, de rompre le stratagème.

« Habituellement, le lanceur s'arrangeait pour effectuer un tir à la hauteur de la tête du frappeur, s'est-il souvenu. Quatre-vingt-dix pour cent d'entre eux cesseraient alors de le faire, parce qu'ils veulent éviter d'être atteints gravement. »

De plus, si Rose a été reconnu coupable d'avoir commis des gestes qui ont nui au baseball, il a assuré qu'il n'était pas très porté sur le vol de signaux.

« J'ai effectué 15 000 présences au bâton, et je n'ai jamais voulu qu'un coureur au deuxième m'indique ce qui s'en venait, a-t-il martelé. Je ne voulais pas le savoir, parce qu'il a peut-être tort et que je ne suis pas le genre de frappeur qui tentait de décoder un lanceur, donc ça ne m'aurait pas aidé. »


Tottenham toujours au ralenti à Watford

LONDRES, Royaume-Uni - Le Tottenham de José Mourinho continue à peiner en ce début 2020, même s'il a ramené un nul (0-0) de Watford, une équipe en grande forme ces dernières semaine, en ouverture de la 23e journée de Premier League samedi.

Avec seulement 5 points pris sur les 6 dernières journées, les Spurs n'avancent plus et sont provisoirement 7e à trois points de Manchester United (5e) qui se déplace à Liverpool dimanche.

L'absence de leur avant-centre Harry Kane se fait cruellement sentir devant, où les Londoniens ont du mal à se créer des occasions très franches.

Ils n'ont d'ailleurs plus marqué en championnat depuis que le capitaine anglais a quitté la pelouse en boitant face à Southampton, le 1er janvier et son indisponibilité de plusieurs mois est une vraie source d'inquiétude.

Samedi encore, malgré les efforts de Lucas Moura (38e), aligné en pointe, de Son Heung-min (40e), de Dele Alli (53e), on ne peut pas dire que Watford ait beaucoup tremblé, hormis un sauvetage sur la ligne de leur recrue hivernale Ignacio Pussetto, à l'extrême limite de ce que la goal line technology permet de voir (90e).

Le coach portugais pourra au moins se satisfaire d'avoir su ne pas perdre le match, à défaut de savoir le gagner, ce qui n'est pas rien face à des Hornets qui avaient pris 13 des 15 derniers points en jeu.

En gardant leur cage inviolée pour la première fois depuis huit matches toutes compétitions confondues – avec notamment un pénalty arrêté par Paulo Gazzaniga (70e) – Tottenham se rassure quelque peu.

Mais la recherche d'un renfort en attaque cet hiver risque de rapidement devenir une priorité absolue pour Mourinho et les Spurs.


Brignone et Vlhova se partagent la victoire

SESTRIÈRES, Italie - Federica Brignone et Petra Vlhova se sont partagé le titre du slalom géant à la Coupe du monde de ski alpin de Sestrières, samedi, tandis que la meneuse au classement général, Mikaela Shiffrin, a complété le podium à une petite fraction de seconde d'elles.

Shiffrin a concédé seulement un centième de seconde aux vainqueures à l'issue de l'épreuve présentée sur la piste Giovanni Agnelli.

Brignone était en tête après la première manche, et menait à l'approche du dernier chrono intermédiaire de la deuxième manche, avant de se retrouver à égalité avec Vlhova.

Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, et sa compatriote Candace Crawford n'ont pu se qualifier pour la deuxième manche de l'épreuve.

Brignone a néanmoins accru son avance en tête du classement de la discipline à 61 points devant l'Américaine.

Il s'agissait d'une deuxième victoire d'affilée pour Vlhova, qui a aussi triomphé en slalom à Flachau, en Autriche, mardi.

Shiffrin est, contre toute attente, sans victoire à ses quatre dernières courses. La skieuse étoile est néanmoins loin devant Vlhova, en fait, à 233 points, au classement général de la Coupe du monde.

C'était la première fois en quatre ans que le circuit de la Coupe du monde s'arrêtait à Sestrières, qui a aussi accueilli les épreuves alpines pendant les Jeux olympiques de Turin en 2006.

Les conditions de piste étaient irréprochables, sous un ciel ensoleillé et une légère neige fraîche qui s'est abattue sur la portion du haut de la station pendant la nuit dernière.

Un slalom géant en parallèle est prévu dimanche sur la même piste.

Candidate pour les Mondiaux de 2029

D'autre part, Sestrières a officiellement annoncé sa candidature pour l'obtention des Championnats du monde de ski alpin de 2029, dans l'espoir de présenter une première compétition majeure sur ses pistes depuis les Jeux de Turin.

Sestrières a déjà accueilli les Mondiaux de 1997.

Le Piémont, une région qui comprend Sestrières, faisait partie du plan de l'Italie pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 2026, mais elle a été retirée pour divers motifs politiques.

Sestrièree sera le site de l'avant-dernière étape du prestigieux Tour cycliste d'Italie, le 30 mai prochain.

Après les Mondiaux de l'an prochain à Cortina d'Ampezzo et ceux de 2023 aux stations de ski françaises de Courchevel et Méribel, la FIS doit encore assigner ceux de 2025 et 2027 avant de s'attaquer à ceux de 2029.

Les Mondiaux de l'an dernier ont eu lieu à Are, en Suède.


Djokovic et Barty favoris à Melbourne?

MELBOURNE, Australie - Si l'air le permet, les Internationaux d'Australie débutent lundi avec un favori clair chez les messieurs en la personne de Novak Djokovic et un tableau a priori plus ouvert chez les dames où la no 1 mondiale Ashleigh Barty tentera de s'imposer pour la première fois devant son public.

Il est le plus fort sur dur et il arrive à Melbourne plus confiant que jamais après avoir remporté la Coupe ATP avec au passage une prestation XXL contre Rafael Nadal: qui pourra empêcher Novak Djokovic d'y décrocher un 8e trophée, lui qui y détient déjà le record de 7 titres?

Champion sortant, le Serbe estime qu'il n'y a pas de « favori évident » pour cette première levée du Grand Chelem 2020.

« (Le Russe) Daniil Medvedev a été très impressionnant en finale de l'US Open contre Rafa (Nadal), il fait bien sûr partie du petit groupe de joueurs qui se rapprochent d'un titre en Grand Chelem avec (Dominic) Thiem, (Stefanos) Tsitsipas et (Alexander) Zverev. On (avec Nadal et Federer, ndlr) espère que ce ne sera pas cette année qu'ils le feront mais ça arrivera inévitablement », a commenté Djokovic à qui Medvedev a donné du fil a retordre lors de la Coupe ATP.

Les Internationaux d'Australie peuvent réserver une finale Djokovic-Medvedev le 2 février, mais il faudra, pour cela, que le Russe crée l'exploit face à Nadal, placé sur sa route au stade des demi-finales, et que Djokovic se débarrasse au même niveau de Federer.

Il faudrait aussi un nouveau faux pas des membres de la Next Gen, notamment de Tsitsipas, demi-finaliste l'an dernier.

Barty devant son public

Chez les dames, la no 1 mondiale Ashleigh Barty sera gonflée à bloc avec l'espoir de remporter son premier Majeur à domicile, elle qui s'était arrêtée en quarts l'an dernier avant d'ouvrir son palmarès en Grand Chelem à Roland Garros.

Elle vient de gagner samedi le 8e trophée de sa carrière, à Adélaïde où elle a souligné avoir « pris du plaisir toute la semaine », et avoir « hâte de jouer à Melbourne ».

Une bonne manière de se préparer car la concurrence s'annonce féroce avec notamment la Japonaise et tenante du titre Naomi Osaka et surtout, comme on le prévoit avant chaque Grand Chelem, Serena Williams qui attend toujours, à 38 ans et depuis l'Australie 2017, d'égaler le record de 24 trophées du Grand Chelem détenu par l'Australienne Margaret Court. L'Américaine a remporté le 12 janvier à Auckland son premier trophée en trois ans.

Osaka et Serena devraient s'affonter en quarts avant de retrouver Barty en demies, à conditions que la no 1 mondiale écarte la finaliste 2019 Petra Kvitova en quarts.

L'inconnu météorologique

La polémique a enflé cette semaine après que les organisateurs ont maintenu les matchs des tableaux de qualifications en particulier mardi alors que la qualité de l'air était officiellement jugée « dangereuse » par les autorités de Melbourne. Depuis, les températures ont chuté, la pluie est tombée, les flammes ont diminué, leurs fumées se sont un peu dispersées et la qualité de l'air s'est améliorée.

Mais il suffirait d'un rien, comme un bon coup de vent dans le mauvais sens, pour que la pollution s'abatte de nouveau sur Melbourne.

Aussi, les organisateurs ont-ils annoncé samedi une série de mesures en cas de pollution qui iront jusqu'à la suspension des matchs.


Tout ira bien à Melbourne selon Federer et Nadal

MELBOURNE, Australie - Tandis que des messages diffusés sur les écrans géants des Internationaux d'Australie prévenaient les spectateurs « d'être vigilants, car la qualité de l'air peut varier » samedi, Roger Federer et Rafael Nadal semblaient certains que tout ira bien lors du premier tournoi majeur de la campagne, en dépit des nuages de fumée qui proviennent des brasiers à plus de 160 km de Melbourne Park.

Le voile qui recouvre le secteur s'est légèrement dissipé à l'approche du coup d'envoi des activités lundi, mais même si les choses s'aggravent, les détenteurs d'un total de 39 titres du Grand Chelem en carrière faisaient partie des joueurs qui croient que les organisateurs du tournoi feront tout en leur pouvoir pour s'assurer de leur bien-être pendant le tournoi.

Federer et Nadal ont chacun indiqué qu'ils étaient allés rencontrer le directeur du tournoi afin de comprendre l'état de la situation, après que des informations diffusées dans les médias australiens recommandaient aux gens de rester à l'intérieur. Le processus de qualifications s'est tout de même déroulé à l'extérieur.

Mardi, une joueuse s'est effondrée après avoir été prise d'une vilaine quinte de toux; un autre a demandé l'intervention d'un thérapeute puisqu'il éprouvait de la difficulté à respirer.

« J'ai dit: 'Je crois que nous sommes confus. Est-ce super dangereux, ou si c'est sécuritaire de jouer?', a évoqué Federer. Je leur ai dit: 'Écoutez, je crois que la clé réside dans la communication entre nous, entre nous tous. Nous avons besoin d'avoir l'heure juste'. Parce que j'avais l'impression qu'il me manquait des éléments pour prendre ma décision. »

Il y a deux semaines, tandis que les feux de forêt faisaient rage sur la côte est de l'Australie, entraînant la mort d'une vingtaine de personnes et de millions d'animaux, le champion en titre Novak Djokovic se questionnait à haute voix à savoir si le tournoi ne devrait pas être repoussé jusqu'à ce que les conditions s'améliorent. Le directeur du tournoi Craig Tiley a rappelé que trois stades sont couverts d'un toit rétractable, en plus des huit terrains intérieurs, qui pourraient être exceptionnellement utilisés.

Évidemment, tous espèrent que les organisateurs ne se rendront pas jusque-là. La pluie est prévue pour quatre des cinq prochains jours, ce qui pourrait faciliter la tâche des organisateurs.

Nadal, le favori du tournoi, a déclaré que des mesures de la qualité de l'air sont prises toutes les quatre minutes, et que les critères pour qualifier la qualité de l'air de « bonne » sont plus sévères que ceux utilisés par le Comité international olympique.

« Je ne peux pas croire que le comité le plus influent au monde souhaite que les athlètes souffrent des mauvaises conditions, a dit Nadal. Donc, leur réponse m'a convaincu. Je suis ici pour jouer. »


 

Contactez-moi Facebook linkedin Twitter Youtube Version mobile